ad_cdc_qatar2022

Touba : un fils de Ndiouga Kébé détruit un bâtiment de 120 millions

Verdict : le 17 mai prochain. À ce moment-là, le juge du tribunal des flagrants délits de Diourbel dira qui de l’homme d’affaires Serigne Mbacké Khassime Diakhaté et Mballo Kébé, un des héritiers de Ndiouga Kébé, a raison sur l’autre. Les deux personnes étaient hier, vendredi, à la barre pour une affaire qui remonte à 2007.

Le premier accuse le second d’avoir mis en ruine son immeuble d’une valeur de 120 millions de francs CFA où il devait implanter un centre commercial. La construction en question se situe dans le domaine du palais du défunt milliardaire Ndiouga Kébé.

D’après L’AS, qui donne l’information dans son édition de ce samedi, Serigne Mbacké Khassim Diakhaté assure avoir acheté auprès de Mballo Kébé les deux terrains où est érigé le bâtiment. Chaque parcelle lui aurait coûté 7,5 millions de francs CFA.

Mballo Kébé dément avoir scellé une telle opération. Le journal rapporte que pour marquer son opposition à la construction de l’immeuble, il a d’abord porté plainte contre l’homme d’affaires pour faux et usage de faux et occupation illicite de terrain appartenant à autrui. Puis, trouvant la procédure lente, selon L’AS, il loue un bulldozer et fait détruire le bâtiment.

À la barre, Mballo Kébé a reconnu les faits. Mais il maintient que la construction était illicite et assure avoir obtenu, en vue de sa destruction, la bénédiction de Serigne Sidy Mbacké, khalife de Serigne Abdoul Lahat Mbacké, et du maire de Touba, Abdou Lahat Kâ.

Dans son réquisitoire, le procureur de la République a renvoyé dos-à-dos les parties. Il a requis trois mois ferme contre Mballo Kébé et Serigne Macké Khassim Diakhaté.

Chaque camp a réclamé 150 millions de francs CFA pour la réparation du présumé préjudice subi. Le tribunal donnera son verdict le 17 mai prochain, selon L’AS.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.