PHOSPHATES DE NDENDORY : Cheikh Mbacké GADIAGA «limoge» le ministre Oumar SARR

Cheikh Mbacké GADIAGA l’avait dit la semaine passée, dans une émission à DTV : La plupart des  ministres nommés par Macky SALL n’aident pas le président de la République et ne lui facilitent pas la tache. L’histoire semble lui donner raison. En effet, le président du mouvement politique Falat Macky 2024, Cheikh Mbacké GADIAGA, constate que depuis un certain temps, «quand le chef de l’Etat prend une décision par décret en faveur un homme d’affaires, le ministre se permet de prendre, de son côté, un arrêté pour contrecarrer la décision du Président». Il arrive très souvent que l’homme d’affaires concerné, victime de ces blocages, fasse un recours de la Justice. «Quand la Cour suprême tranche, elle fait savoir dans ses décisions que le décret est supérieur à l’arrêté ministériel».  

C’est exactement ce qui se passe avec la gestion des mines et des phosphates de Ndendory, à Matam. En effet, les services du ministre des Mines et de la Géologie, Oumar SARR, ont pris une décision qui vise à extraire 76 hectares de la concession minière de 661 Km2 pour les affecter à Kalidou WAGUE. Or, cette concession minière est détenue depuis le 8 juin 2011 par la SERPM-SA, la Société d’Etudes et de Réalisations des Phosphates de Matam qui exploite les phosphates dans le périmètre Ndiendouri-Ouali Diala.

Devant une telle situation, la société SERPM-SA de l’homme d’affaires Cheikh AMAR va initier deux recours au niveau de la Cour suprême. Introduit le 27 avril dernier, le premier vise l’annulation pure et simple de l’affectation de 76 ha à Oumar WAGUE. L’autre, introduit le 6 mai en référé, est pour obtenir la suspension de l’exécution de la décision contestée.

La SERPM-SA a gagné la bataille judiciaire pour la deuxième requête. En attendant de se prononcer au fond, la Cour suprême a ordonné la suspension de l’arrêté du ministre Oumar SARR pris le 3 mars dernier. Dans son arrêt rendu le 9 juin, la Cour suprême remet en cause la légalité de la décision du ministre et considère qu’elle porte préjudice «de manière suffisamment grave et immédiate à un intérêt public». Mieux, les hauts magistrats soulignent qu’«en l’état de l’instruction, les moyens soulevés par le ministère des Mines sont de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée».

Face à cette cuisante défaite, le ministère des Mines et de la Géologie est revenu à la charge pour essayer de contester la décision de la Cour suprême. C’est pour laisser entendre que la SERPM-SA ne dispose pas des autorisations légales pour exploiter la mine en question. Mais la réplique du collectif des avocats de la société de Cheikh AMAR n’a pas tardé. «Contrairement aux affirmations inexactes du ministère des Mines et de la Géologie, la SERPM dispose d’un décret du président de la République à savoir le décret n°2011-770 du 08 juin 2011, pour exploiter les phosphates de Matam. Cet acte administratif a une autorité supérieure à toute décision du Ministre et reste à ce jour en vigueur. La SERPM n’a nul besoin d’un quelconque arrêté, dès lors que la Cour suprême a jugé que le décret précité habilite la SERPM à intervenir sans qu’il soit besoin d’un arrêté», relève le communiqué des avocats de la SERPM-SA. Voilà les faits.

Ainsi le ministre Oumar SARR fait tout pour bloquer Cheikh AMAR. Pour Cheikh Mbacké GADIAGA, «un ministre de la République ne doit pas ignorer que le décret présidentiel est au dessus de l’arrêté ministériel. Méconnaître cela, c’est vraiment ignorer les règles de fonctionnement d’un État et cela est indigne d’un membre du gouvernement. Il faut que l’on en revienne aux fondamentaux de la République». De ce fait, Cheikh Mbacké GADIAGA interpelle le Président  Macky SALL d’arrêter les manœuvres du ministre Oumar SARR sur les mines et les  phosphate de Matam. «Cheikh AMAR est un vrai patriote qui aime et travaille pour son pays sans condition. C’est pourquoi Macky SALL a renouvelé en lui la confiance que Wade avait sur lui en le mettant à ses côtés pour travailler avec lui et lui confier certaines choses. Cheikh AMAR a investi des milliards FCFA au Sénégal et aux phosphates de Matam». 

En conséquence, Cheikh Mbacké GADIAGA réclame le limogeage pur et simple du ministre Oumar SARR qui, selon lui, met en mal le Président Macky SALL avec les populations. «Je déplore les actes du ministre Oumar Sarr. Si Cheikh AMAR décide de retirer ses investissements au Sénégal, particulièrement aux phosphates de Matam, le pays allait beaucoup en souffrir.», conclut le président de falat Macky 2024.

La rédaction SenegalInfo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.