OCCUPATION DE LA VOIE PUBLIQUE

OCCUPATION DE LA VOIE PUBLIQUE
Sur 2500 personnes recensées, les 1700 ne paient pas de taxes
Après sa mise sur pied il y a moins de trois mois, le Service de désengorgement et d’aménagement est déjà actif sur le terrain.
Le Service de désengorgement et d’aménagement (SDA) mis en place au mois d’avril fait son bonhomme de chemin. Le rôle sur le terrain consiste à collaborer avec les occupants sur la voie publique, les conscientiser, les orienter. Le chef de service, Baba Diack explique que le Maire Serigne Mboup avait pris l’engagement lors de la campagne de procéder à une démarche participative, c’est-à-dire travailler en étroite collaboration avec la population. Les résultats obtenus sont satisfaisants, depuis le lancement du projet, annonce le chef de service Baba Diack, ils découvrent qu’il y a une ressource de la Mairie cachée quelque part. M. Diack indique qu’il y a trop d’occupants sur la voie publique. Parmi 2500 personnes recensées, les 1700 ne paient pas de taxes municipales, sachant que la démarche était d’orienter de sensibiliser et d’informer les occupants. ‘’Le non-paiement est lié à l’ignorance, d’autres disent qu’ils ne voient les agents de recouvrement’’, informe M. Diack.
Comme mesure, la Mairie va demander aux occupants qui n’ont jamais payé de taxe de commencer à respecter ces paiements. Par ailleurs, il indique que 70% de ces occupants, sont prêts à quitter les lieux sans problème et acceptent d’être recasés. Il y ajoute qu’il y aura de nouvelles cartes d’abonnements, en plus inciter les populations à aller se régulariser auprès du Bureau de recouvrement et des affaires domaniales (BRAD). Le projet financé par le Maire Serigne Mboup par ses propres moyens est apprécié par les populations. Mécanicien de métier, Mamadou Diop, trouve que le citoyen doit participer au développement de sa localité. C’est-à-dire payer les taxes et surtout s’acquitter de ses devoirs citoyens. Il apprécie et voit que le visage de Kaolack est en train de changer positivement. Baye Fall est d’avis qu’ils sont dans l’illégalité. Il adhère au projet et lance un appel au Maire pour l’obtention de papiers légaux et prie pour une bonne réussite de sa mission du Maire Serigne Mboup.
‘’ Une innovation majeure du Maire Serigne Mboup’’
‘’ C’est une innovation du Maire, sachant que ce n’est pas programmé dans le budget, il a financé et investi. C’est lui qui paye les salaires. Nous sommes onze dans ce service’’, fait-savoir-le chef de service Baba Diack. Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, tous les quartiers sont concernés y compris les grands axes. L’apport de ce service, selon M. Diack est d’essayer d’organiser les occupations, conscientiser les commerçants, qu’ils sachent que le client a besoin d’être dans un cadre sécurisant, accueillant, essayer de mettre tout le monde dans des conditions favorables.
Sur le terrain M. Diack indique qu’ils sont sur une démarche participative qu’incarne le Maire Serigne Mboup. ‘’ Chaque jour nous envoyons nos agents sur le terrain, afin de discuter avec les occupants sur la voie publique, pour voir comment la Mairie pourra éradiquer M. Diack’’, lance-M. Diack. Ils avaient une mission première, en moins d’un mois de baliser les routes nationales, RN1, RN2, RN4 et celle de Médina Baye.
‘’ 700 occupants ont été recensés sur les routes nationales’’
Après cette enquête, dit-il, les agents du (SDA) ont eu à recenser 700 occupants anarchiques sur les routes nationales. ‘’ Parmi ces 700 occupants, certains sont dans la légalité, par contre d’autres ne respectent pas les normes. Ils occupent la voie publique, ce qui est dommage’’, se désole-t-il. En revanche, eux-mêmes savent qu’ils ne sont pas dans la légalité et que si toutefois la Mairie parvient à les installer sur un site de recasement, ils vont suivre. Les mesures à prendre, selon le chef de (SDA) Baba Diack, après cette démarche participative, c’est de les recaser et les faire comprendre qu’ils peuvent rejoindre les marchés. ‘’ Lorsque nous sommes allés dans les marchés, les commerçants nous ont dit pourquoi ces gens sont dans les rues et ne rejoignent pas les marchés,’’, explique-t-il. M. Diack. Cependant, il apporte qu’à Sarra, il y a une pleine occupation anarchique énorme, des boutiques, tables y sont installées devant les maisons, sans aucun respect des normes’’. Dans la deuxième phase, il annonce, après concertation avec le point focal et adjoint au Maire Mbaye Ngom de s’attaquer au processus de régularisation avec un permis d’occuper qui sera délivré par la Mairie. Les difficultés rencontrées sur le terrain sont souvent liées au refus de collaboration pour certains, la réticence, mais après moult explications et surtout la façon d’aborder, ils adhérent au projet. ‘’ Lorsque nous étions toute à l’heure dans un magasin, nous n’avions pas trouvé sur place, le propriétaire, mais quand même nous avions recueilli quelques informations, pour pouvoir avancer’’, dit-il.
Du côté de l’aménagement, l’adjoint au Maire Mbaye Ngom a déjà élaboré et compte sous peu mettre en œuvre le projet cœur de quartier en partenariat avec Orange. Ce, qui va participer à désengorger et aménager la ville de manière légale. Des étals, Des aires de jeux, des espaces pour les taxis et Jakarta, mosquées, toilettes et sont prévus. L’allée de l’hôpital régional de Kaolack sera le point de départ.

Ads_post_leverdict
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.