CUMUL DE MANDATS : Cheikh Mbacké GADIAGA menace l’opposition

Cheikh Mbacké GADIAGA déclare la guerre sans pitié contre le cumul des mandats. Son combat cible les maires, les députés et les fonctionnaires de l’opposition sénégalaise qui refusent de démissionner de certains postes. Alors qu’ils en avaient déjà pris l’engagement auparavant. Une occasion, pour Monsieur GADIAGA, de rappeler le cadre juridique qui régit l’interdiction liée au cumul de fonctions incompatibles. Cela est prévu par la «Loi 61-33 du 15 juin 1961 relative au statut général des fonctionnaires». «Le rejet du cumul de mandats est une promesse de la coalition Yewi Askan-Wi. C’est aussi le programme de Pastef. Il faut que ces membres de l’opposition respectent leurs paroles. Ce qui se passe est un manque de respect notoire et caractérisé au peuple sénégalais car certains ténors de l’opposition gardent toujours leurs postes au lieu de démissionner. J’attends de l’opposition qu’elle respecte ses promesses de rejeter le cumul des mandats», fait savoir le président du mouvement Falat Macky 2024.

Cheikh Mbacké GADIAGA ne se limite pas seulement au rappel de la loi. Il compte descendre sur le terrain pour se faire entendre. C’est ainsi qu’il envisage, dans les prochains jours, de tenir un point de presse suivi d’une marche nationale. Une manière, pour lui, de protester auprès des Sénégalais contre cette attitude de l’opposition qui cautionne aujourd’hui ce qu’elle dénonçait hier.  

Plusieurs figures de l’opposition et membres éminents de Yewi Askan-Wi siégeant à l’Assemblée nationale font dans le cumul de mandats. Ils sont, en même temps, députés-maires et fonctionnaires de l’Etat. Parmi eux, on peut citer : Ahmeth AIDARA (maire de Guédiawaye), Barthélémy DIAS (maire de la ville de Dakar) et Birame Soulèye DIOP (maire de Thiès et cadre à la DGID). Quant à Guy Marius SAGNA, il a démissionné de son poste de conseiller technique chargé des affaires sociales et de la réinsertion à la Ville de Dakar.

À BENNO BOKK YAKAAR, en revanche, plusieurs démissions sont notées pour éviter le cumul. Dr Malick DIOP de l’AFP a démissionné de l’ASEPEX (Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations) qu’il dirigeait depuis 2013. Nommé directeur de cabinet du chef de l’Etat, Abdoulaye Daouda DIALLO de l’APR a aussi remis le tablier la semaine dernière. De même que Cheikh Abdoul Ahad MBACKE Gaïndé Fatma, suite à sa reconduction comme ministre-conseiller du chef de l’Etat.

Cheikh Mbacké GADIAGA analyse le cas de Birame Soulèye DIOP, administrateur du parti Pastef (Parti Africain du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité) dirigé par Ousmane SONKO. «J’ai appris que Birame Soulèye DIOP de Pastef a aussi démissionné de son poste d’inspecteur des impôts. Je prends acte. Mais le problème n’est pas encore réglé car Birame Soulèye est toujours maire de Thiès. Il doit démissionner car il est toujours député-maire. Or, le programme de Pastef interdit le cumul de mandats électifs et le poste d’inspecteur des impôts n’est pas un mandat électif. Un maire doit consacrer tout son temps à s’occuper de ses administrés et un député doit faire de même pour son poste», laisse entendre le patron de CMG COMMUNICATION qui menace l’opposition.

Toujours dans cette lancée, Cheikh Mbacké GADIAGA lance une pétition pour collecter deux millions de signatures, afin de porter plainte auprès des instances et juridictions habilitées.

La rédaction Senegalinfo 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.