Crise Humanitaire à la Prison du Camp Pénal : Les Détenus Privés de Nourriture Pendant Une Semaine

Les détenus de la prison du Camp Pénal ont traversé une semaine de privation alimentaire, une situation alarmante qui a pris fin aujourd’hui. Depuis mercredi dernier, les prisonniers refusaient de manger, rejetant tous les repas déposés dans leurs cellules. Cette grève de la faim faisait suite à des confrontations violentes avec les gardes pénitentiaires, ce qui avait également conduit les détenus à refuser de sortir dans la cour.

Face à cette crise, le directeur du Camp Pénal Yankhoba Dembélé est intervenu personnellement aujourd’hui pour dialoguer avec les détenus. Il leur a promis que les problèmes relatifs aux lits et aux ventilateurs seraient résolus, ce qui a permis de ramener le calme et de rétablir la situation.

Appel à la Clémence pour les Détenus

Cette situation met en lumière la nécessité urgente d’améliorer les conditions de détention dans les prisons sénégalaises, en particulier pour ceux qui purgent de longues peines. Il est crucial de rappeler que même dans un cadre familial, l’imposition de règles strictes peut entraîner des conflits. De même, les détenus, bien qu’incarcérés, ont droit à des conditions de vie humaines et dignes.

Certains détenus du Camp Pénal sont condamnés à perpétuité sans possibilité de recours, tandis que d’autres purgent des peines de 20 ans sans réduction. Il est impératif que les autorités judiciaires examinent les dossiers de ces détenus pour envisager des mesures de clémence comme la liberté conditionnelle ou la réduction de peine.

La Grâce Présidentielle : Un Espoir pour les Détenus

La récente grâce présidentielle accordée à 1300 détenus à l’occasion de la Tabaski marque un geste significatif, le plus important depuis le gouvernement d’Abdou Diouf. Cependant, ce nombre reste insuffisant face à la population carcérale des 37 prisons du pays. Il est recommandé que les conseillers du président discutent de la possibilité d’accorder une grâce à un nombre plus important de détenus, entre 1500 et 2000, pour répondre aux attentes des familles qui ont soutenu le président Diomaye Faye lors des élections, espérant des réformes judiciaires favorables.

Le ministre actuel de la Justice, reconnu pour son engagement en faveur des droits de l’homme et contre l’injustice, est perçu comme le plus clément depuis le régime de Abdoulaye Wade. Son intervention est attendue pour revoir les dossiers des détenus, en particulier ceux condamnés à de longues peines ou à perpétuité, afin de leur offrir une chance de réinsertion.
La situation au Camp Pénal souligne l’urgence d’une réforme pénitentiaire au Sénégal. Les détenus, bien qu’incarcérés, restent des êtres humains avec des droits fondamentaux. Il est impératif que les autorités prennent des mesures pour améliorer leurs conditions de détention et envisagent des solutions de clémence pour ceux qui ont purgé une grande partie de leur peine. La justice doit être à la fois ferme et humaine, offrant à chacun une seconde chance.

 

La rédaction de Senegalinfo

Ads_post_leverdict
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.