À Dakar, le Président de la Cour pénale Internationale réaffirme l’indépendance de l’institution

La Cour pénale internationale est une instance indépendante. Elle est certes appuyée par les Etats mais ces derniers n’ont pas un droit de contrôle sur elle. Elle est libre et n’est pas commandée par un quelconque Etat. Peu importe le continent ou le pays, le rôle de la Cour pénale internationale est de rendre la justice aux victimes de crime mais aussi faire de sorte de réduire ou d’éliminer les crimes à venir ». Ainsi s’est exprimé Piotr Hofmanski. Le Président de la Cour Pénal internationale s’est exprimé lors de l’ouverture de la conférence de Dakar, ce lundi. La rencontre a pour thème : “Cour Pénale internationale  et justice nationale dans la lutte contre  l’impunité des crimes du statut de Rome et d’autres crimes graves ou connexes : Enjeux défis et perspectives de la coopération et de la complémentarité”.  
 
En effet, le Président atteste que les  décisions sont basées sur le droit. Il s’agit de lutter contre l’impunité. A l’en croire, dans ce désir de rendre la justice, la Cour ne peut pas cheminer seule.  Elle  a besoin de la coopération des Etats à tous les stades du processus. «  Il nous est impossible d’enquêter seule pour rendre justice aux victimes sans l’aide des pays. Beaucoup de pays ont manifesté une collaboration valable », indique le Président de la Cour. Pour se faire il faut, dit-il, renforcer la coopération. « La CPI ne peut pas mettre fin à l’impunité toute seule c’est parce que cela n’est pas  possible que lorsque le statut de Rome soutient la Cour, nous devons aller ensemble.  La Cpi vient en appui comme un pilier qui montre aux victimes qu’il y a un système judiciaire qui est là et qui sera là tout le temps » estime-t-il.

À l’en croire, le Sénégal, étant un des premiers pays qui a ratifié le traité de la Cour pénale africaine sur le statut de Rome,  joue  un rôle important même pendant les moments difficiles pour la bonne marche de la justice internationale. Il est important de noter que sur les 15 états de la CEDEAO 13 sont des Etats partis ce qui est une manifestation claire de l’appui ? «  Les pays du  continent  africain jouent un rôle important pour rendre la CPI possible. Ils ont été très actifs. Le travail de la Cpi s’est élargi et nos enquêtes impliquent des dossiers dans différents pays », relève-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.