ad_cdc_qatar2022

Les Chroniques du Doyen – Serigne Babacar Sy Mansour, le véridique (par Majib Sène)

S’il y a un homme dans le landerneau maraboutique Sénégalais qui se distingue par sa sagesse coutumière, sa sérénité en toute circonstance et son amour viscéral de la vérité, c’est bien Serigne Babacar Sy Mansour, l’actuel Khalif Général des Tidianes du Sénégal. Né et nourri dans le sérail d’une famille d’érudits dont l’apport dans la propagation de l’islam au Sénégal est sans commune mesure, il se définit comme le digne continuateur de l’œuvre de son grand-père, Cheikh Seydi Haj Malick Sy (rta).

L’homme est tellement véridique que dans tout le pays, on le surnomme « allemand ». Dans notre pays, les Allemands, depuis la

deuxième guerre mondiale, sont réputés être des hommes de vérité qui disent toujours ce qu’ils pensent sans détour. Homme de rigueur, de sérénité et de sagesse, il veille continuellement sur la protection sans faille des principes fondateurs de l’islam, mais également sur la doctrine du tidianisme, à l’image de ses valeureux devanciers. Sa simplicité et sa courtoisie proverbiale, font qu’il n’hésite pas, quand le temps le lui permet d’assister à des cérémonies familiales dont les baptêmes et les funérailles. Très à cheval sur les règles qui gouvernent la bonne conduite des fidèles, il prêche toujours par l’exemple. Ses discours à l’occasion des rassemblements religieux, sont teintés de rigueur pédagogique pour corriger certaines tendances déviationnistes de fidèles sensés être en harmonie avec les règles sacro-saintes de la confrérie. La répétition étant pédagogique, il ne manque aucune occasion pour rappeler les règles de conduite dans la confrérie telles que enseignées par son fondateur, Aboul Abass Ahmada Tijane

Chaque jour qui passe, avec la covid19, le conforte dans ses positions de méfiance et de respect strict des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires. La recrudescence vertigineuse de la maladie, convoque une plus grande prudence et surtout, le bannissement des rassemblements, vecteurs de contagion. Sa décision d’achever la construction de la Grande Mosquée de Tivaouane, commencée depuis le magistère de Serigne Abdoul Aziz Sy « Dabakh », sera marquée d’une pierre blanche dans son khalifa, comme une écriture en incuse d’Oracle.

Nationaliste de la tête aux pieds, il défend farouchement toutes les théories qui prônent le dialogue, l’entente cordiale et le respect mutuel. C’est la raison pour laquelle, je n’hésite pas à l’appeler « le Khalif du dialogue fécondant », tellement importent pour lui, la stabilité du pays et son développement économique, social et culturel. L’éducation des enfants est un de ses soucis majeurs car, dans ce monde en folie, tout enfant dépourvu d’éducation s’expose dangereusement aux graves méfaits de l’évolution. Conscient de ce mal de notre temps, en homme précautionneux, il est toujours sur ses gardes pour prévenir toutes circonstances porteuses de calamités. Son intelligence, servie par une éloquence phénoménale, lui confère une posture de celui qui sait comment parler pour atteindre ses cibles.

Il exerce son magistère avec confiance, sagesse et sérénité pour être en phase permanente avec ses devanciers qui ont correctement tracé toutes les voies qui mènent à la félicité. Nos vœux ardents de succès, de longue vie et de bonne santé, l’accompagnent dans sa délicate mission assignée aux hommes prédestinés. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.