ad_cdc_qatar2022

Les acteurs de la boulangerie se dotent d’une nouvelle convention collective

Les organisations syndicales de la boulangerie, le patronat et le ministre du Travail ont signé, hier, la nouvelle convention collective du secteur national de la boulangerie. Ce nouveau document s’articule autour d’un cadre juridique régissant les entreprises évoluant dans la fabrication du pain, de la viennoiserie et de la pâtisserie.
 
La rencontre a été présidée par le ministre du Travail, Samba Sy qui s’est félicité de ce dernier acte historique posé par les partenaires sociaux  pour se doter des droits négociés adaptés aux réalités socioéconomiques du secteur. «C’est un acquis de grande importance. Les acteurs sont à la hauteur du défi de la modernisation qui s’impose à eux. Elle nous permettra de nous hisser parmi les meilleurs standards mondiaux », dit-il.
 
Ainsi, il a été défini dans le document, trois critères dont l’utilisation de la farine dont le poids annuel est inférieur à 50 quintaux, un effectif inférieur à 50 salariés et la vente directe au consommateur final. Avec cette nouvelle réforme, la nouvelle convention collective joue un rôle prépondérant tout en  apportant des innovations majeures tels que l’établissement d’une grille salariale améliorée tenant compte du coût de la vie, une classification des emplois d’ouvriers boulangers plus adaptée aux besoins des entreprises.
 
En sus, elle permettra également une classification dédiée aux agents de maîtrise et aux cadres prenant en compte les nouveaux métiers et les évolutions du secteur. La nouvelle convention favorise également la formalisation  et la formation professionnelle dans les conditions d’accès à certains emplois prévus.
 
Selon le président de la fédération nationale des boulangers du Sénégal, Amadou Gaye, cela va participer au dialogue social. « Cette convention est tellement importante qu’elle va participer à savoir qui est boulanger pour mettre en place un ouvrier boulanger qualifié parce que pour faire du pain, il faut savoir faire tout le processus et pour faire du pain, il faut le connaître, il faut la formation », a-t-il fait savoir .
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.