Le Sen d’Apr dénonce la stratégie d’enfumage et l’insoutenable légèreté du Pastef

Le Communiqué de Pastef de ce jour, réagissant à celui de l’Apr illustre, encore une fois, l’insoutenable légèreté de ce parti. Sa maladie congénitale, l’infantilisme, et son extrémisme violent, n’ont même plus l’excuse de la dissimulation.

De toute façon nous sommes habitués à leur stratégie d’enfumage. Tout observateur de bonne foi peut témoigner que jamais les droits et les libertés n’ont été aussi renforcés dans notre pays. Toutes les manifestations qui obéissent à la normalité légale ont été systématiquement autorisées. Le Sénégal est sans aucun doute l’un des rares pays où un parti politique et son leader persistent dans la défiance permanente aux institutions, traînent dans la boue tous les corps qui constituent le socle de l’Etat de droit, recourent à la violence physique et verbale contre tous ceux expriment une opinion contraire à la leur, diffament sans retenue et exaltent les sentiments les plus dangereux pour la cohésion nationale.

D’après le communique du Sen d’Apr, aucune autorité n’est épargnée, y compris nos guides religieux dont le rôle régulateur contribue pourtant à préserver les grands équilibres qui protègent notre société. Pastef et son leader ont installé dans l’espace politique la haine et, pour la première fois dans notre histoire politique, ils ont érigé des barrières considérant comme ennemi quiconque affiche sa différence. Pire, c’est par la violence que Pastef et son leader tentent de se soustraire à la justice.

Autrement, aucun sénégalais ne comprend qu’un procès en diffamation opposant M. Ousmane Sonko à M. Mame Mbaye Niang puisse être prétexte à des manifestations où de jeunes gens sont appelés à se sacrifier. Aucun sénégalais ne comprend que M. Sonko soit le seul responsable politique à croire qu’il est au-dessus des lois de ce pays. L’APR, en tant que parti républicain, combattra sans répit cette arrogance et cette ignorance coupables des règles qui régissent l’Etat de droit.

L’APR soutient, dans cette perspective, et sans réserve, l’Etat du Sénégal dans sa mission régalienne de veiller à la sécurité de chaque sénégalais, d’assurer l’ordre public et de faire respecter les institutions de la république. C’est faire preuve de diversion que d’insinuer l’existence de milices alors que tous les observateurs de bonne foi ont vu de leurs propres yeux Pastef et son leader déployer des bandes armées manifestement dédiées à leur logique insurrectionnelle en mars 2021.

Tous les sénégalais ont entendu M. Sonko déclarer que les jeunes ont été suffisamment entraînés pour marcher sur le Palais. Tous les sénégalais ont également entendu le même Monsieur déclarer « Macky Sall ne pourra tenir trois jours durant » avec les manifestations programmées. Appel à l’insurrection ne saurait être plus explicite. M. Sonko doit savoir que ses prétentions sont grossières et que le Sénégal, plus que jamais, reste une démocratie majeure.

La rédaction de Sénégal Info

Ads_post_leverdict
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.