ad_cdc_qatar2022

Choisi par Macky Sall à la place de Seydou Guèye : Les premiers mots de Cheikh Ba

Choisi par Macky Sall à la place de Seydou Guèye : Les premiers mots de Cheikh Ba

Hier, Seydou Guèye a annoncé avoir renoncé à la candidature pour la mairie de la Médina. Ce, au profit de Cheikh Ahmed Tidiane Ba, le boss de la Caisse des Dépôts et consignations. Il fera face à Bamba Fall, actuel édile de la commune.
A travers une publication faite sur sa page officielle, Cheikh Ba exprime son «infinie gratitude au président Macky Sall qui, en portant son choix sur ma modeste personne pour diriger la liste de Benno Bokk Yaakaar de la Médina, me donne l’opportunité de servir la cité qui m’a vu naître, où j’ai reçu toutes mes éducations, familiale (merci papa, merci maman), religieuse (merci au Daara de Mame Abdou), scolaire (merci à l’école Médina), sociale (merci à tous les Médinois)».
Pour Cheikh Ba, sa candidature à la mairie est donc «naturelle et légitime». «Par devoir principalement. Elle est basée sur une ambition saine afin de porter haut, avec les Médinoises et les Médinois, le flambeau laissé par nos valeureux pères. La Médina mérite mieux. Elle peut avoir mieux. Je fais ici et maintenant le serment de participer à son émergence. La Médina a été créée, rappelons-le, le 24 juillet 1914, par arrêté du gouverneur général du Plateau de l’AOF. La grande Dame a aujourd’hui 107 ans», a-t-il écrit.
«Elle a connu un long cheminement historique ayant entraîné de profondes mutations économiques, sociologiques et culturelles. Le constat a été fait que depuis quelques générations, l’on assiste à une dégradation du tissu économique, à un recul de l’activité socioculturelle, à un dépeuplement du quartier traditionnel au profit de la périphérie et, subséquemment, à un exode de ses populations autochtones. Elle connait ainsi tout à la fois une mutation et une recomposition sociologiques», estime le candidat à la mairie de la Médina.
De nombreux défis à relever
Aujourd’hui, la commune pour laquelle Bamba Fall et Cheikh Ahmed Tidiane Ba vont s’affronter, fait face à de nombreux défis. Parmi lesquels l’assainissement, la voirie, les infrastructures socioéconomiques, la dégradation continue du tissu social, les potentiels conflits communautaires, la dégradation des mœurs, l’appauvrissement, le sous-emploi, le chômage des jeunes, les grossesses précoces et non-désirées, les violences, la déperdition scolaire, la drogue et la prostitution clandestine.
La jeunesse médinoise, âgée de moins de 20 ans et représentant plus de la moitié de sa population, exprime de fortes demandes en matière d’éducation, de formation, d’emploi, de renforcement des capacités et de participation dans le cadre d’une citoyenneté active.
Des «problèmes persistent, s’aggravent et deviennent de plus en plus complexes. Les solutions pour les résoudre ne sont pas simples, ni évidentes. Malgré les efforts accomplis, notamment par l’État et même par la commune, les résultats restent mitigés. Des réponses nouvelles et ouvertes sont attendues des différents et multiples acteurs et décideurs, aussi bien publics que privés», fait savoir Cheikh Ba.
Ainsi, le directeur général de la Caisse des Dépôts et consignations invite ses «concitoyens, sans exclusive, à se joindre à nous dans la noble collecte d’idées que nous allons engager, au bénéfice exclusif de notre Médina. Quelques puissent être les péripéties malencontreuses de ces derniers jours, que je mets sous le compte d’une envie de servir, j’en appelle au sens de la responsabilité de chacun d’entre nous. La Médina doit rester et restera une et indivisible. Je pardonne à tous ! Je demande pardon à tous ! La politique est certes une compétition, mais ne devrait et ne saurait faire flétrir les relations légendaires entre Médinois».
Pour conclure, Cheikh Ba rappelle que «’’Boy Médina’’ n’est pas juste un nom, mais une philosophie de vie, une conduite, une exemplarité qui nous interdit de jouer dans les caniveaux. Nous ne sommes pas faits de ce moule».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.