Faux, usage de faux et escroquerie : Tahirou Sarr risque un an de prison

L’homme d’affaires Seydou Sarr dit Tahirou Sarr risque un an de prison ferme. Une peine requise par le parquet dans le cadre du procès qui l’oppose aux héritiers du nommé Birame Ndoye, propriétaire du Titre foncier 1838/NGA d’une superficie de 32 870 m2, sis à côté de la nouvelle mosquée de Yoff. Selon L’observateur, les héritiers devaient recevoir une indemnisation de 4 milliards 500 millions de francs CFA de l’État suite à une expropriation le 20 mai 1992 dans le cadre du lotissement de l’extension du village de Yoff.

Le journal indique que dans le cadre de la procédure les héritiers Ndoye avaient mandaté le nommé Matar Diène mais leur représentant est tombé des nues en découvrant que la cession de la créance a été prononcée par le Tribunal régional hors classe de Dakar, le 18 décembre 2014, sous le numéro 2218, au profit de la société Sofico Sa, au prix de 328 millions.

Le contrat de créance a été établi entre Tahirou Sarr et Ousseynou Fall, présenté comme le représentant des héritiers Ndoye, souligne l’accusation. Le mis en cause aurait par ce biais réussi à encaisser un montant global de 17 milliards 460 millions, et 3 milliards devaient revenir aux requérants. Or, à la barre du Tribunal correctionnel de Dakar, le nommé Tall, qui a servi une citation directe à Tahirou Sarr, a fait de graves révélations : « Je n’ai rien vendu à Tahirou Sarr. Je ne l’ai jamais vu d’ailleurs. Je n’ai jamais été mandaté par les héritiers. Je ne connais pas non plus les avocats qui m’ont représenté. »

Pis, enfonce le plaignant : « Un certain El Hadji Ndiaye qu’il a connu comme étant un Clerc d’avocat, lui avait proposé 100 millions pour acheter son silence si toutefois cette affaire éclate. Il m’avait demandé d’apporter le jugement d’hérédité de l’un de mes parents en contrepartie. Ce que j’ai refusé. » L’avocat de la partie civile, Me Abdourahmane Diallo, estime le préjudice subi par son client « incommensurable » et réclame 3 milliards 900 millions en guise de réparation. Le représentant du Parquet a constaté la non comparution du mis en cause, et requis un an ferme. Le délibéré est fixé au 21 mars prochain.

Ads_post_leverdict
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.