ad_cdc_qatar2022

Conquête de Kaolack : « Rahma », de plus en plus seul, commence à inquiéter son entourage

Le dimanche 13 décembre courant, il pensait s’offrir une récréation bonifiée par un bain de foule. C’était à l’occasion de la Journée Portes ouvertes de la Fédération sénégalaise des tirs et chasse, qu’accueillait la commune de Kahone. Mais l’apparition rythmée et saluée de son adversaire à la conquête de la Mairie de Kaolack, le Président Serigne Mboup, gâchera son plaisir et perturbera ses plans. Déboussolé, il préférera se barricader derrière l’obscurantisme, qui ne cadre avec la foi, en refusant la main que lui tendait le jovial et « taalibé » Serigne Mboup. Sentant que sa place n’était pas au milieu de ces sportifs qui ont fait de son « adversaire » leur parrain, « Rahma » quittera les lieux, comme poursuivi par des forces invisibles. Ceux qui l’ont vu s’en aller, presque en courant, se demandent si l’ex de la mairesse Mariama Sarr, qu’il n’aurait épousé que pour « s’en servir comme escalier », n’a pas commencé « à perdre la tête ».

Une inquiétude qui préoccupe même son proche entourage. Car, selon nos indiscrétions, « Rahma » se plaindrait de plus en plus « sans que personne ne sache à qui il s’adresse au juste ».

En plus clair, « Rahma » délirerait en « criant » ne pas comprendre pourquoi malgré son trésor de guerre, frauduleusement amassé « grâce à des malversations financières et foncières », même des leaders régionaux du camp présidentiel le snobent et l’évitent « dès qu’ils encaissent ». Pis d’aucuns sont allés avec armes et bagages rejoindre le camp adverse. « Rahma » en voudrait aussi à ses concitoyens de même quartier. Il ne leur pardonnerait pas d’avoir fait le vide lors de son meeting dans la zone, pour se rendre massivement à celui qu’organisait le Président Serigne Mboup non loin des lieux.

C’est sans doute à cause de ces quelques ratés et « déceptions » que « Rahma » lâcherait de plus en plus à l’endroit d’un interlocuteur sans nom : « C’est maintenant fini, je ne vais plus distribuer des billets de banque à des gens qui rient de moi une fois dehors ». Modou Ndiaye aurait poussé le bouchon jusqu’à « en vouloir au Président Macky Sall », qu’il accuserait de l’avoir « savamment sacrifié ». D’où la question de savoir si « Nahma », comme on le surnomme désormais, aura toute sa tête pour s’engager dans la campagne électorale qui démarre le 8 janvier prochain. On ne peut que le lui souhaiter ; même si, selon d’aucuns de ses proches, « l’espoir du fauteuil de maire de Kaolack ne tient plus qu’à un mince filet ». Est-ce parce que « qui vit par l’épée périra par l’épée » ? Verdict le soir du 23 janvier 2022 !

Al Demba

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.