Analyse de Souleymane Ndene Ndiaye : Les Articles 36 et 52 de la Constitution Sénégalaise

Souleymane Ndene Ndiaye livre une analyse approfondie des articles 36 et 52 de la constitution sénégalaise, mettant en lumière les implications juridiques et politiques de ces dispositions.

L’article 36 stipule que le président de la république en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation de son successeur, même après l’expiration de son mandat le 2 avril. Cependant, il ne peut plus poser d’acte de gouvernement au-delà de cette date, car il devient le président sortant. En cas de dépassement de cette échéance électorale, l’absence de prévision constitutionnelle crée une situation judiciaire complexe. En cas de démission du président, l’intérim est assuré par le président de l’assemblée nationale, avec organisation d’élections dans les 90 jours, si la démission intervient avant le processus électoral.

Quant à l’article 52, il concerne le pouvoir exceptionnel de crise et stipule que ce pouvoir peut être exercé lorsque les institutions de la république, l’indépendance nationale, l’intégrité du territoire ou l’exécution des engagements internationaux sont gravement et immédiatement menacés. Pour l’instant, la situation ne justifie pas l’activation de ce pouvoir.

Cette analyse met en lumière les mécanismes constitutionnels en place pour assurer la continuité du gouvernement et la gestion des crises potentielles, offrant ainsi un éclairage précieux sur le fonctionnement de l’État sénégalais.
la rédaction Senegalinfo.sn

Ads_post_leverdict
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.