Saccage de ses magasins : Auchan fait emprisonner 3 de ses employées

0

Auchan compte solder ses comptes avec tous ceux qui ont participé au cambriolage de ses magasins et emporté ses recettes. La preuve, il a traduit en justice, hier, mardi, deux de ses employés et leur amie. Selon nos confrères de Source A, il s’agit de Codou Saly Guèye et Marie Claude Sagna qui répondaient des faits de vol en réunion avec effraction au préjudice de leur employeur, tandis que Mbayang Ndiaye, elle, répondait des faits de vol en réunion.

Leur jugement résulte de la procédure d’enquête que lors des récentes manifestations, Codou S. Guèye, ayant eu échos que le magasin Auchan de Sacré Cœur dans lequel elle officie était sur le point d’être attaqué par les assaillants, s’est rendue sur les lieux en compagnie de son amie Mbayang et de son neveu de 13 ans.

Après l’effraction des portes par les manifestants, Codou, connaissant les coins et re coins du magasin comme le fond de sa poche, s’est dirigée vers le coffre où sont gardées les recettes journalières pour y prendre un sachet rempli d’argent. C’est trois jours après qu’elle s’est rendue à Auchan Mermoz pour rendre, aux responsables du super marché, la somme, soit 2.190.000 francs. De concert avec Marie Sagna, Codou en a profité pour voler des cheveux naturels.
Outre cette infraction, l’entreprise a poursuivi Codou pour vol de numéraire car dit-elle, leur préjudice à Auchan Sacré Coeur a été évalué à 20.000.000 de francs. Depuis l’enquête préliminaire, elles ont reconnu avoir soustrait frauduleusement les perruques qu’elles ont rendues dès la réception des plaintes. Mais s’agissant de la somme d’argent, Codou et son amie Mbayang contestent les faits.

Codou, prévenue :  » Je n’ai pas pris tout l’argent qui se trouvait dans le coffre. J’ai seulement saisi ma recette »
Devant le prétoire, elles ont persisté dans leurs dénégations. Pour Codou, son intention, en prenant l’argent, n’était nullement de le dérober mais de sauver ces fonds des mains des manifestants. « Je n’ai pas pris tout l’argent qui se trouvait dans le coffre. J’ai seulement saisi ma recette journalière ». Et quant à Marie Sagana, poursuivie pour vol de perruques, elle n’a pas nié les faits. Elle soutient avoir pris les perruques qu’elle a rendues quand on lui a servie une plainte. Dans un état de grossesse pas très avancé selon le journal, la prévenue a pleuré de toutes ses larmes devant la barre.

N’empêche, elles ont été condamnées à deux mois avec sursis et à payer la somme de 100 000 Fcfa chacune.

Leave A Reply

Your email address will not be published.